Loading…
PB

Pierre-Alexandre Bergeron

Student Speaker | Étudiant.e
Les bassins de rétention sont de plus en plus utilisés pour la gestion des eaux d’écoulement le long des axes routiers. Cependant, la colonisation végétale associée à ces structures a été peu étudiée. Dans un contexte de forte diminution des superficies occupées par les milieux humides, la contribution de ces bassins au maintien de la diversité végétale associée aux milieux humides est d’un grand intérêt. La présente étude visait à comparer les diversités taxonomique et fonctionnelle des communautés végétales établies dans les bassins de rétention à celles d’écosystèmes de référence. Pour ce faire, 20 bassins de rétention autoroutiers ont été inventoriés et comparés à 40 milieux humides de référence situés à proximité, dont 20 étaient situés près d’une route et 20 autres à plus de 50 mètres d’une route. L’étude révèle que la composition spécifique différait grandement entre les bassins de rétention et les écosystèmes de référence. Les bassins de rétention présentaient une richesse spécifique légèrement supérieure aux écosystèmes de référence, alors que ces derniers avaient une diversité bêta nettement plus grande. La pente des berges était également beaucoup plus abrupte que pour les écosystèmes de référence. Les bassins de rétention présentaient une richesse fonctionnelle plus élevée, mais une divergence fonctionnelle plus faible que les écosystèmes de référence. Nos résultats suggèrent que les bassins de rétention peuvent contribuer à la diversité végétale des milieux humides, mais leur apport est limité. Il est cependant possible que cette contribution puisse être améliorée en modifiant les approches d’aménagement lors de leur conception.