Loading…
CG

Camille Gaudreau-Rousseau

Student Speaker | Étudiant.e
La sélection d’habitat est un processus ayant des conséquences majeures sur l’aptitude phénotypique des individus, particulièrement dans le cas de sites spécifiques utilisés de façon intensive et occupés sur une longue période de temps (ex : nids, tanières ou terriers). Dans le cadre d’un suivi de population à long terme au sud du Québec, nous avons utilisé les données d'occupation de terriers de 2012 à 2019 chez un petit rongeur diurne, le tamia rayé (Tamias striatus), afin d’évaluer l’influence relative des caractéristiques du microhabitat autour du terrier, des différences interindividuelles ainsi que des variations interannuelles dans les conditions environnementales sur l’optimalité de la sélection de terriers chez cette espèce. Nos résultats indiquent que les terriers sont situés dans des microsites dont la pente et l’abondance de débris ligneux sont plus grandes par rapport à des microsites sans terriers. De plus, les terriers les plus fréquemment occupés offrent une couverture végétale basse plus fournie et une ouverture horizontale plus grande, mais cette préférence varie selon le sexe des occupants. Finalement, le comportement de fidélité interannuelle à un terrier est fortement affecté par les évènements de mast — phénomène cyclique de forte production synchronisée de graines par les arbres, et anticipée par les tamias. Globalement, la qualité d’un microhabitat de terrier semble être déterminée en partie par des caractéristiques favorisant l’évitement de la prédation, mais la prise en compte de patrons d’occupation sur plusieurs années permet d’en nuancer l’interprétation, soulignant l'importance de considérer les facteurs individuels et contextuels dans les études de sélection d’habitat.